Dans le cas d’un divorce, qu’en est-il de la tranche de l’exercice parental ?

Les conflits entre époux après le divorce ne sont pas surprenants. Mais il est important de bien connaître l’autorité parentale. Il s’agit de certaines obligations et du devoir des parents envers l’enfant généralement. C’est de cette manière qu’ils peuvent prendre soin de l’enfant en temps réel.

L’exercice légal de l’autorité parentale

Selon divers cas dans la société, l’exercice de l’autorité parentale est parfois plus complexe. Certains parents ont du mal à se projeter vers leur obligation. Le cas de divorce est une source de blocage la plupart du temps pour l’exercice de cette autorité. Il est toutefois nécessaire de prendre en compte toutes les possibilités, comme évoquées sur www.firketassocies.be. Dans le cas d’un divorce plus précisément, l’autorité parentale est partagée. Il ne doit pas impacter la situation de l’enfant. Les parents doivent ainsi encourager ce dernier à sa nouvelle vie. Certes, c’est la personne qui a la garde de l’enfant qui prend les décisions sur sa vie quotidienne. Mais dans un sens, il est également possible de consulter l’autre conjoint pour des décisions importantes. Il représente un droit effectif concernant la situation de son enfant. L’autre partie a également droit à la parole en toute circonstance.

La décision des deux conjoints pour la situation de l’enfant

Chaque parent peut représenter son autorité parentale après le divorce. Avec une responsabilité partagée, l’un comme l’autre peut désigner :

  • Les décisions concernant la religion de l’enfant
  • L’éducation
  • L’orientation scolaire

L’avis des parents est toujours important dans la vie de l’enfant. Chacun représente le droit d’exprimer librement sur la façon d’élever l’enfant. Cette autorité parentale prend une valeur incontestable dans la vie de l’enfant en général. Pour des cas conflictuels, si les parties n’arrivent pas à un commun accord, il est possible de passer par un juge. C’est le mieux placé pour trancher l’affaire.

Le cas de l’autorité parentale confiée à une seule personne

Après le divorce, il est possible que les juges proclament une seule responsable. Et il confie généralement la responsabilité à un seul parent. L’autorité parentale s’applique ainsi au niveau d’une partie seulement, qui pourrait être le père ou la mère. Dans le cas où l’autre partie n’accepte pas la décision du juge, il peut quand même recourir à la justice et bien fonder ses raisons. Il est possible de contester cette décision pour certains cas comme la violence ou la maltraitance de l’enfant. Les juges peuvent donc intervenir et revenir sur ses décisions par rapport à ces situations. Le principe doit éloigner tous les dangers qui s’incrustent pour des éléments physiques ou moraux. Il est toujours primordial d’assurer la sécurité de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.