restaurant scolaireLes menus de la restauration scolaire doivent respecter des standards posés par décret. L’alimentation des élèves étant essentielle pour leur croissance, et leur capacité d’apprentissage, certaines règles doivent être respectées concernant notamment les apports énergétiques du repas et les qualités nutritionnelles.

Certains régimes alimentaires doivent être pris en compte. Ils font l’objet d’un encadrement particulier pour que l’enfant puisse tout de même accéder au restaurant scolaire.

 

Public concerné : communes, collectivité territoriale, EPCI, conseil départemental, conseil régional, gestionnaire du restaurant scolaire

Objet du texte : composition des menus de la restauration scolaire

 

Qui est chargé d’arrêter la composition des menus de la restauration scolaire ?

C’est la collectivité compétente en matière de restauration qui élabore les menus.

La plupart sont dotées d’une commission des menus. Elle se réunit régulièrement pour arrêter les menus. Elle est composée d’élus, du prestataire de service, des représentants de parents d’élèves et d’une diététicienne.

 

Y a-t-il des obligations liées aux qualités nutritionnelles des menus ?

Les objectifs en matière de qualités nutritionnelles sont déterminés par décret. Il est par exemple fait état de la nécessité d’augmenter la consommation de fruits, de légumes et de féculents, d’augmenter les apports en fer et en calcium ou encore de diminuer les apports en glucides simples ajoutés.

La composition des portions destinées à chaque élève, selon son âge est précisée par arrêté pris en application du décret n°2011-1227.

Les recommandations prescrites se font sur 20 repas successifs. Il faut par exemple faire attention à ce qu’il n’y ait :

  • Pas plus de 4 entrées constituées de produits gras (teneur en matières grasses supérieures à 15%)…